Halte au Blocage

21 novembre 2007

J'ai vécu la même chose

Après une lecture attentive des articles je dois dire que j'ai vécu la même chose.

La Fac est souvent bloquée et il ne sort jamais grand chose des AG. Dommage pourquoi ne pas utiliser cette cette capacité à se mobiliser pour être une véritable force de proposition et non de contestation uniquement.

Nous avons vécu, pour ma part 5 ans à la fac de Lille 3, en université et nous pouvons je pense proposer quelques pistes de réflexion pour faire que nos facultés progressent :

    - d'abord une reprise en main de l'orientation bien avant l'entrée en fac. sans projets professionnels il est très difficile de se motiver pour réussir ces études. Montrer ainsi aux futurs étudiants, que certaines voies sont totalement bloquées et les orienter ainsi correctement tout en tenant compte de leurs envies. La fac doit être un lieu qui forme à un métier et qui ne se contente pas uniquement d'un apport intellectuel

    - cela évitera peut être d'en arriver à des sélections à l'entrée de la fac, et quand bien même il y en aurait, elles devraient se faire sur la base des connaissances. Un concours d'entrée ne me semblerait pas inutile.

    - Inviter plus le monde du travail à l'université même celles littéraires : le but serait de montrer les débouchés réels voir de faire une formation dans le cadre de la licence où l'on a très peu d'heure de cours. on aurait ainsi une formation théorique et un formation professionalisante. donc plus de chance de trouver du travail à la sortie de la Fac

    - inutile donc de donner la licence à tout le monde, au contraire il faut relever le niveau de ce diplôme ce qui évitera d'avoir les éternels pleurs sur les salaires bien trop bas par rapport au travail effectué.

ce sont là seulement des pistes de réflexion : elles sont à approfondir et à discuter, voir si elles sont réalisables sur le terrain.

Nous avons des idées, proposons les, c'est par nos choix que nous avancerons.

Posté par Aeon1 à 11:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]

A quand une véritable information ?

    L'univers de la fac est en bien des points approchables à celui des quartiers sensibles. Ici les médias ne viennent que lors des grèves, des blocages. Le reste du temps, nul média, nul reportage sur un univers qui a bien des choses à révéler. Extraits de vie.

"En 5 ans de fac à Lille 3, l'Université aura été concrètement bloquée 3 fois. Les 2 autres années, les mouvements ont échoué, mais les intentions étaient présentes. Encore faut-il savoir lesquelles ? Ici toute discussion est rapidement compromise. Dans les AG, la parole est monopolisée, instrumentalisée. Les opposants aux blocages sont hués, sifflés, marginalisés."

Voilà le petit guide du parfait bloqueur :
- 1ère étape : pour faire partir le mouvement réunir un maximum de gens déjà convaincus dans un amphi. Ne pas hésiter à faire venir des gens extérieurs à la fac. Faire voter à main levée et ainsi initier le mouvement en affirmant qu'une très large majorité d'étudiants le soutiennent.
- 2e étape : Bloquer la fac. Immédiatement. L'astuce réside dans le fait qu'ainsi les étudiants voulant travailler ou étant contre le blocage n'auront pas le temps de s'organiser. Cela permet de passer à la 3e étape :
- 3e étape : Organiser  les votes de reconduites des mouvements de blocages. Le mieux étant de ne pas fixer de dates précises, de faire durer un maximum les AG pour que les gens se découragent, autoriser les procurations pour les grévistes, les interdire pour les autres.
- Et enfin la 4e étape : diffuser le mouvement dans les autres facs, voire rallier le lycée. A quand le collège ?"

Et pourtant les problèmes sont bien présents à la faculté. Il est certain que des réformes structurelles et institutionnelles sont nécessaires.
Mais ce qu'il ne faut pas oublier c'est que le mouvement doit être impulsé d'en haut, par l'Etat mais qu'au niveau des étudiants une prise de conscience est plus que nécessaire pour certains.
Combien de personnes galèrent à financer leurs études devant cumuler travail étudiant et cours à côté ?
Et en même temps combien de personnes touchent ces mêmes bourses en ne s'inscrivant à la fac que pour ça ?

Extrait de vie :
"30 Octobre 2007, réinscription administrative à l'université. Un étudiant se pointe le dernier jour à la dernière heure. Les cours ont repris depuis plus d'un mois et il vient de se souvenir qu'il fallait qu'il s'inscrive quelque part. Son choix de parcours se fera en une minute. Ses propos : "Je viens de Science de l'Education mais bon ca me saoule un peu je voudrai faire autre chose. Qu'est-ce que je peux faire d'autre ? Tiens Lettres, on peut ? Ca doit être sympa." Et l'instant d'après la véritable motivation : "Et pour les bourses ça va aller ? vous êtes surs ? Vraiment ?" Bon bah mettez moi dans un module."

Mais non surtout ne changeons rien au système. Continuons de laisser les étudiants s'inscrire où ils veulent dans des filiaires qui ne débouchent pas sur beaucoup de travail.
Un chiffre : A Lille 3Chaque année 600 étudiants s'inscrivent en 1ère année d'Histoire. Il n'en reste plus que 200 en 2e année. Et au bout de 4 ans, les concours de professeurs d'Histoire-Géo n'offriront que 30 à 50 postes pour la fac. Et les autres ? Certes il existe d'autres débouchés mais interrogez ceux qui ont le concours. Et beaucoup vous diront qu'ils sont sacrément soulagés.

L'Université ne doit âs être une fabrique à chômeurs. L'orientation, la sélection ne sont pas des gros mots. Il est temps non seulement d'informer davantage au lycée ; le temps est également venu d'arrêter de penser que tout étudiant s'inscrivant le fait de manière raisonnée. L'Université pour tous est un concept à défendre, mais pas n'importe comment.

Réformer est possible. Même en France.


Et n'oubliez pas : "Le vote à bulletin secret est antidémocratique !"

Rennes II nous l'a bien montré :
http://www.breizhoo.fr/informations/actualite-5711-vote-contre-le-blocage-a-rennes-2.html

Le 7e paragraphe est assez instructif ici :
http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-978198@51-972969,0.html
Pour certains visiblement, le vote à bulletins secret n'est, je cite, qu'un "Un putain de vote Star'Ac", (Julien, de Sud).

Posté par Indiana Jones à 10:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Et c'est reparti !

Voilà cette fois ça aura mis seulement un mois et demi. Habituellement, les étudiants se réveillent un peu plus tard. Généralement c'est quand il commence à faire beau au printemps. Peut etre que c'est le moment ou certains commencent enfin à émerger et à sortir de l'hibernation (intellectuelle ?)
Peut-être que c'est l'idée que la fin d'année arrive et que pour certains il y a peu d'espoirs, faute de travail, de passer à l'année suivante. Alors on se cherche, on se réfugie quelque part, on fuit.

Eux aussi veulent leur Mai 68. Eux aussi veulent appartenir à l'Histoire. Les raisons ?
Chaque année on peut en trouver. Et ils en trouvent.
D'où partent les mouvements ? C'est souvent un syndicat qui fait le 1er pas. Généralement un syndicat extrême. Ensuite, le syndicat majoritaire (L'Unef ?)  suit le mouvement car attention il ne faut pas perdre de sa base électorale. Et tout ça n'est pas politique. Ce n'est pas comme si lcertains dirigeants de l'Unef étaient fils d'élus socialistes.
Ce qui n'a en soi rien de gênant, bien au contraire. Avoir des engagements est une chose. Ne pas les assumer pleinement et affirmer que les revendications ne sont pas politiques en est une autre.

Dans le cas de l'Unef, on peut d'autant plus s'en étonner.
Souvenir :

Eté 2007, Bruno Julliard est promu interlocuteur principal de Valérie Pécresse tout au long des négociations sur la loi sur les libertés et responsabilités des universités (LRU) votée en août.

"Il est convaincu que cette réforme était inéluctable. On en parle depuis des années et tous les candidats à la présidentielle, y compris la candidate du PS, l'avaient mise dans son programme présidentiel", affirme un ancien syndicaliste étudiant.

Source : http://www.lemonde.fr/web/article/0,1-0@2-823448,36-976343@51-972969,0.html

Situation bancale donc qui n'empêchera pas l'Unef de se placer autant que possible à la tête du mouvement.
Au delà sans doute de leurs propres convictions en témoigne le précédent article de ce vil journal libéral qu'est le Monde .

Bienvenue en Urss version 2007, camade !

Posté par Indiana Jones à 10:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]